Equipe nationale: Petkovic: «Je suis venu pour gagner»

0
150

Aussitôt son contrat de deux ans signé avec la FAF, Vladimir Petrovic, le nouveau sélectionneur de l’équipe nationale, avait rendez-vous, hier, avec la presse au niveau de la salle des conférences du stade Nelson-Mandela de Baraki, pour expliquer les grandes lignes de son projet avec les Verts.

S’exprimant en italien et flanqué d’une traductrice, le nouveau coach de l’EN a tenu néanmoins à préciser qu’il comprend bien le français et il le parle un peu. Mais pour sa première rencontre avec la presse, il a préféré s’exprimer dans la langue qu’il maîtrise le plus afin d’éviter toute ambiguïté ou une mal interprétation.  « Dans mon staff, il y a des personnes qui parlent plusieurs langues, je ne pense pas qu’il y aura un problème dans ce domaine. Et puis le langage du football est universel », a-t-il ajouté pour rassurer ses interlocuteurs qui se sont rappelés l’épisode Alcaraz et les difficultés de communication avec les joueurs de l’équipe nationale, mais aussi avec la presse, lors de son passage à la tête de l’équipe nationale.Il reste que Petkovic vient avec de grandes ambitions pour réussir son parcours avec les Verts. Il semble ravi et honoré d’avoir été choisi pour diriger « une grande sélection avec une grande réputation en Afrique ». C’est pour cette raison qu’il a accepté la proposition. « C’est une grande motivation pour moi. Mon objectif est de faire un grand travail à la tête de l’équipe pour atteindre les résultats et les objectifs tracés », dira-t-il, avant d’ajouter : « J’ai pris en main une grande sélection, un grand pays de foot. Je suis très confiant et convaincu de réussir de grands résultats avec l’Algérie ».On apprend, par ailleurs, que le président de la FAF, Walid Sadi, a noué des contacts avec le technicien suisse, il y a environ trois semaines. Petkovic se sent « heureux et chanceux d’être à la tête de l’équipe nationale ». Il sait néanmoins qu’il doit s’adapter à son nouvel environnement sachant que c’est sa première expérience en Afrique. Il a toutefois déclaré qu’il a connu beaucoup de joueurs africains dans les différentes équipes qu’il a dirigées par le passé. Pour lui, ce n’est pas du tout un problème, car le football est un sport universel. Pour revenir à la sélection, l’ancien sélectionneur de la Suisse dira qu’il compte améliorer ce qui a été déjà fait. Il a aussi insisté sur le collectif et l’état d’esprit en évitant de parler des individualités. « Mon travail est d’apporter ma touche à l’équipe. J’ai suivi les matchs de l’Algérie à la CAN. Il n’est pas vraiment intéressant de revenir sur le passé. Il est plus utile de se concentrer sur le présent et l’avenir. Il faut néanmoins faire une évaluation des matchs de l’Algérie », précise-t-il tout en reconnaissant qu’un bon travail a été fait par le passé». Pour lui, l’élimination précoce des Verts en Côte d’Ivoire est due essentiellement à la grande pression exercée sur les joueurs. En parlant justement des joueurs, Petkovic annonce qu’une liste élargie de 45 joueurs est déjà établie. « Il y aura des joueurs qui seront appelés pour la première fois. La liste reste néanmoins ouverte », révèle-t-il.Cela dit, il ne fait aucune différence entre les joueurs locaux et ceux évoluant à l’étranger. Pour lui, les meilleurs doivent jouer. Petkovic n’a pas peur de la pression. Il compte d’ailleurs s’installer en Algérie pour suivre le championnat local et pour s’imprégner de l’ambiance locale pour mieux connaître le football algérien.  « Je suis là pour faire du bon boulot Je suis ambitieux et je veux gagner, insiste-t-il. J’accepte d’être critiqué, c’est tout à fait normal. Le plus important, est de pouvoir travailler même en étant critiqué ». Il veut inculquer au groupe un nouvel état d’esprit et une mentalité de gagneur. C’est sa mission. Une mission qu’il entamera avec ses collaborateurs dès la semaine prochaine. « J’ai des idées très claires. J’ai deux personnes qui m’aideront. Il y aura de nouveaux assistants qui devront signer leur contrat prochainement », détaille-t-il. Quant à l’entraîneur-adjoint local, il aura une discussion avec lui avant de repartir chez lui. Il se peut que ce soit Nabil Neghiz.« Je veux faire bouger les choses pour atteindre nos objectifs à savoir la qualification au prochain Mondial et aller le plus loin possible lors de la Prochaine CAN en 2025 », dira-t-il en guise de conclusion. Ali Nezlioui     

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici