Equipe nationale: Le règne de Belmadi est bel et bien terminé, mais…

0
984

Dans un long communiqué publié mardi soir sur son site officiel, la FAF confirme le divorce définitif avec le sélectionneur national, Djamel Belmadi.

Une rupture unilatérale, puisque le coach, toujours sous contrat jusqu’à 2026, n’a signé aucun document dans ce sens. Contractuellement, il est toujours l’entraîneur des Verts. A travers cette lettre destinée à l’opinion publique, on comprend clairement qu’il n’y a pas de retour en arrière.  « La FAF se voit contrainte de tourner définitivement la page et de se projeter désormais sur un nouveau challenge avec un nouveau sélectionneur et un nouveau staff technique qui seront désignés prochainement », peut-on lire dans le communiqué qui considère, par ailleurs, « le départ du territoire national et le silence » du coach national comme « un refus » de négocier la résiliation de son contrat.  «Il a été convenu à Bouaké d’une séparation à l’amiable entre les deux parties. Le sélectionneur qui, dans un premier temps, avait marqué son accord sur cette option, n’y a plus donné suite. Quatre jours plus tard, la Fédération n’avait toujours rien reçu de l’intéressé qui, entre temps, a quitté le territoire national laissant la Fédération sans réponse », explique-t-elle.   L’on s’achemine vraisemblablement vers un bras de fer entre les deux parties qui, espérons-le, ne sera pas arbitré par la Fifa. La FAF a tiré le premier coup de semonce après avoir observé le silence pendant quelques jours. Ne voyant rien venir et pressée par le temps, elle était obligée de réagir pour expliquer sa position, clarifier la situation et mettre Belmadi devant ses responsabilités. Une manœuvre logique pour sortir de l’impasse le plus tôt possible. Ceux qui pensaient qu’il y avait encore une possibilité de voir Belmadi poursuivre sa mission à la tête de l’équipe nationale, sont désormais fixés. Le communiqué de la FAF ne laisse aucune ambiguïté à ce sujet. Son temps en tant que sélectionneur est révolu. On lui reproche d’avoir échoué dans sa mission. « Au regard des moyens et conditions matérielles mis à disposition par l’État et la Fédération algérienne de football, il était légitime d’en attendre, en retour, des prestations d’une toute autre stature. Pour la seconde fois consécutive, (CAN 2021 et CAN 2023), l’équipe nationale n’a pas franchi le premier tour et s’est classée à la 4éme et dernière place du groupe. C’est là, un échec avéré, douloureux et difficilement acceptable », souligne la FAF qui a sans doute obtenu le feu vert des autorités du pays pour mettre fin à la mission de Belmadi. Reste à savoir comment elle compte opérer pour régler l’épineux problème du contrat de l’entraîneur national. Sans concessions de part et d’autre, il sera difficile de trouver un compromis. Cela dit, Belmadi est connu pour son entêtement, d’autant qu’il est dans son plein droit. Mais on souhaite que la raison l’emporte à la fin, car il y va de l’intérêt suprême de l’équipe nationale.

Ali Nezlioui