Equipe nationale: Belmadi joue la prolongation

0
860

Il semble qu’on n’en a pas encore fini avec le feuilleton Belmadi. Ce dernier est rentré chez lui, lundi, au Qatar sans résilier son contrat avec l’équipe nationale.

Un contrat qui prend fin en 2026, faut-il le rappeler. C’est le statu quo. Contractuellement, Belmadi est donc toujours le sélectionneur de l’équipe nationale jusqu’à preuve du contraire. Du côté de la FAF, c’est le silence radio pour le moment. Depuis, l’annonce faite par le président de la FAF sur les réseaux sociaux, au lendemain l’élimination des Verts de la CAN, selon laquelle il y a eu une « séparation à l’amiable » entre les deux partie, il n’y a eu rien de nouveau par la suite. Visiblement, Belmadi s’est rétracté et réfute les termes du divorce. Pour rappel, la FAF lui a proposé trois mois de salaire pour résilier son contrat, alors que lui exige une somme beaucoup plus conséquente avant de partir. Une réunion était prévue dimanche entre les deux parties au siège de la FAF pour essayer de trouver un terrain d’entente, mais finalement elle n’a pas eu lieu. Belmadi ne s’étant pas présenté au rendez-vous. Apparemment, il n’y a plus de contact entre lui et le président de la Fédération, Walid Sadi. En décidant de rentrer chez lui, le coach national veut aller au bras de fer. En tout cas, il ne compte pas renoncer à ses droits aussi facilement qu’on pouvait le penser.Du coup, les choses se compliquent un peu plus pour l’équipe nationale qui a besoin de tourner la page de la CAN et se tourner vers les éliminatoires de la Coupe du monde 2026 dont le début est programmé pour le mois de juin prochain. Sadi est appelé à trouver rapidement un nouveau coach, mais il doit d’abord se séparer officiellement de Belmadi. Visiblement, ce ne sera pas une simple formalité, à moins qu’il accepte de revoir à la hausse sa proposition financière. Reste à savoir quel est le seuil au-delà duquel les négociations peuvent reprendre d’une manière ou d’une autre. Six mois, une année de salaire…on ne connaît pas les véritables intentions de Belmadi à ce propos. De son côté, combien la FAF est disposée à lui payer pour s’en débarrasser ? Grâce à son contrat en béton, renouvelé au temps de Djahid Zefizef, il sait qu’il est en position de force. Il y a même la possibilité qu’il demeure le sélectionneur, même si elle paraît invraisemblable pour le moment. D’autant qu’il y a eu rupture avec le président de la Fédération. Beaucoup s’attendent à l’intervention des pouvoirs publics pour débloquer la situation et régler définitivement ce problème afin passer à l’étape suivante à savoir embaucher un nouveau sélectionneur. Dans ce registre, beaucoup de noms circulent. Certains d’entre eux semblent des pistes plausibles, alors que d’autres sont inaccessibles. Pour le moment, seul Vahid Halilhodzic s’est exprimé à ce sujet, en déclarant qu’il a reçu une dizaine de propositions et qu’il attend pour voir.  « J’ai une dizaine de propositions en ce moment. Je n’en ai jamais eu autant dans toute ma carrière d’entraîneur. Je reste à l’écoute », confie-t-il. Une manière de dire qu’il est prêt à négocier. C’est déjà un premier pas…

Ali Nezlioui