EN: Benzia, de l’ombre à la lumière…

0
144

Yassine Benzia va-t-il endosser le costume de leader de l’attaque des Verts ? Il est un peu tôt pour répondre à la question, mais force est de contacter que le joueur de Qarabag FK, club avec lequel il vient d’être sacré champion d’Azerbaïdjan, est bien parti pour faire partie des nouveaux cadres de la sélection.

Disparu des radars pendant des années à cause notamment d’une grave blessure au bras suite à un accident de buggy qui a failli mettre fin prématurément à sa carrière, Benzia n’a jamais perdu espoir de revenir un jour en sélection. Sa volonté et sa grande détermination l’a probablement aidé à rebondir, même si cela devait passer par un exil dans un championnat exotique pas très coté. On peut dire qu’il a su saisir sa chance au bon moment, alors que la sélection nationale a besoin de sang neuf et d’un nouveau départ. Du rassemblement du mois de mars, il est sans doute le joueur qui a marqué le plus de points. D’ailleurs, le coach national ne l’attendait pas à ce niveau. Au-delà de son but exceptionnel qui a permis aux Verts d’arracher le nul face à l’Afrique du Sud, Benzia a été sans conteste l’attaquant le plus en vue de la sélection. Il avait une revanche à prendre sur le sort, comme il l’a confié dans ne entretien accordé au site de la FAF. «J’ai beaucoup travaillé pour retrouver de nouveau l’équipe nationale. Il y a des gens qui m’ont laissé de côté, mais je n’ai jamais douté de moi, bien au contraire. Le fait que ça paye aujourd’hui me booste pour aller encore plus de l’avant», a-t-il déclaré. Benzia semble aussi avoir gagné beaucoup en maturité. A 29 ans, il a le recul nécessaire pour être plus rentable et plus efficace. «De revenir dans ces conditions et de marquer des buts, me rend heureux. À 29 ans, je me sens plus mature qu’avant. J’espère apporter un plus à l’équipe nationale», ajoute-t-il conscient de son nouveau rôle dans l’échiquier de Petkovic. «Je veux dire aux supporters d’être patients. Je sais que ce n’est pas facile, l’Algérie est un pays de football. On veut tout de suite les résultats, nous les joueurs les premiers, mais on a un nouveau coach, un bon coach et un bon staff. On a appris à les connaître. Je pense que ça va venir au fil du temps. L’équipe d’Algérie sort de grosses désillusions, on le sait et on ne peut pas le corriger en deux ou trois mois. Mais on est une grande nation et on a des objectifs avec l’EN. On doit remettre le plus rapidement possible l’Algérie sur le toit de l’Afrique», dira celui qui pourrait devenir un meneur du groupe sur et en dehors du terrain, surtout après le retrait (définitif ? ) de Riyad Mahrez et la non- convocation de Youcef Belaïli, Islam Slimani et autres Sofiane Feghouli. En tout cas, Benzia semble apprécié par tout le monde et son talent a déjà conquis les fans. Son but d’anthologie qui a fait le tour du monde va peut-être contribuer à le remettre sur le circuit. S’il confirme ses performances dans les semaines à venir, il pourrait retrouver rapidement un championnat plus compétitif. Pourquoi pas un retour en Europe. «Cette saison, j’ai pu jouer déjà quarante matches et être vu en Ligue Europa. J’avais des propositions en Ligue 2, en France, mais je ne me voyais pas à ce niveau. Je fais une belle saison, j’en suis heureux (13 buts, 10 passes décisives en 41 matches toutes compétitions confondues).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici