Economie: Raouia confirme la poursuite du plan de diversification

0
1317

Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouia a affirmé, ce lundi à Alger, la poursuite du plan de diversification de l’économie nationale.

Les travaux de la conférence sur la contribution de l’économie numérique dans la croissance des pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient (MENA) ont débuté lundi à Alger en présence du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, et des représentants de la Banque mondiale (BM) et du Fonds monétaire arabe (FMA). L’organisation de cette conférence a pour objectif de déterminer les « éléments fondamentaux d’une nouvelle économie », ainsi que le rôle des » systèmes éducatifs dans le changement de l’état d’esprit des jeunes générations vis-à-vis de l’innovation dans la région MENA ». S’exprimant lors de cette journée placée sous le thème « les jeunes, la technologie et la finance ». Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouia a confirmé  la poursuite du plan de diversification de l’économie nationale entamé pour faire face à la chute des prix des hydrocarbures, première rente du pays. Ce plan a par ailleurs comme objectif, d’encourager les exportations, du moins hors hydrocarbures qui restent marginales en mettant à l’œuvre les capacités nationales de production. Les hydrocarbures continuent encore à représenter l’essentiel des ventes à l’étranger avec une part dépassant les 90%, alors que les exportations hors hydrocarbures ne représentent que 5%  du volume global. Ces dernières sont essentiellement constitués par le groupe «demi-produits».

Alors que le déficit commercial de l’Algérie a atteint 97 millions de dollars (mds usd) sur les deux premiers mois de 2018, contre 2,33 milliards de dollars à la même période de 2015. Ce qui représente un recul du déficit de 96%. Ceci dit les mesures annoncées pour booster l’activité d’exportation concernent les pays européens ou d’autres continents. Car l’Algérie jouit d’une présence importante sur les marchés en Afrique. L’exportation vers d’autre pays du même continent nécessite le développement de la logistique.

Pour ce qui est de la production, une enquête menée par l’Office national des statistiques (ONS), auprès d’entreprises privées et publiques annonce hausse de la production pour les premiers mois de l’année 2018 et peut-être au-delà. Selon cette enquête, les chefs d’entreprises du secteur public ont prévu une « hausse de la production, de la demande, des prix de ventes ». Les entreprises du secteur privé ont quant à elles prévu  une stabilité de la demande. Ceci dit faudrait toutefois prendre en compte la tournure que prennent les réserves de change qui baissent en raison de l’excès de « la demande intérieure  sur l’offre de biens et services ». S’exprimant précédemment à ce propos, le ministre Abderrahmane Raouya, avait indiqué en octobre dernier que les réserves de change devraient s’établir à « 85,2 mds USD à fin 2018 », avant d’atteindre les « 79,7 mds USD en 2019 ». Elles devront encore baisser dans les deux années à venir pour atteindre les  « 76,2 mds USD en 2020 ».