Déminage-La Belgique salue la fin des opérations en Algérie

0
1380

La Belgique a salué les efforts de l’Algérie dans la lutte contre les mines antipersonnel, notamment l’annonce, vendredi à Genève, de la fin des opérations de déminage et de destruction de ces mines présentes sur son territoire après plus de 50 ans d’efforts. «Cette annonce, qui permet à l’Algérie de remplir ses obligations en vertu de l’article 5 de la Convention d’Ottawa, est une bonne nouvelle en ce début d’année 2017», a déclaré le vicePremier ministre et ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders. Le chef de la diplomatie belge a estimé que la conclusion des opérations de déminage par l’Algérie «aura un impact en matière de développement», grâce aux terres désormais assainies rendues à l’activité productive. D’un point de vue humanitaire, la fin des opérations de déminage permettra également d’«épargner de nouvelles victimes». Le ministre belge des Affaires étrangères a réaffirmé l’attachement de son pays à la Convention d’Ottawa qui fêtera en 2017 son 20e anniversaire, rappelant le «rôle pionnier» joué par la Belgique pour son «universalisation». Le 25 janvier, le ministère de la Défense nationale (MDN) annonçait la fin des opérations de déminage et de destruction de ces mines après «plus 50 années d’efforts continuels et de travail sur le terrain pour l’éradication définitive du fléau des mines». Plus de 8,8 millions de mines datant de l’ère coloniale ont été détruites par l’Armée nationale populaire le long des frontières Est et Ouest du pays, selon des données du MDN qui a précisé également que l’achèvement de l’opé- ration de déminage et de destruction des mines a permis «la livraison aux autorités locales de 62 421,194 ha de terres assainies» pour leurs exploitation dans le cadre de la relance du développement local. Les mines antipersonnel ont fait des milliers de victimes tout au long des bandes frontalières Est et Ouest de l’Algérie, que ce soit durant la période coloniale ou même après l’indépendance.