Conflit Israélo-palestinien: Plus de 5 350 enfants et au moins 3 250 femmes décédées

0
74

Dans la bande de Gaza, 29 410 personnes, dont plus de 5 350 enfants et au moins 3 250 femmes, seraient décédées.

Près de 69 465 personnes auraient été blessées dont 12 300 enfants. Plus de 17 000 enfants sont séparés de leurs parents. Des milliers d’autres sont portés disparus. Les femmes et les enfants représentent 70 % des victimes. Le bilan s’alourdit chaque jour de façon stupéfiante. La bande de Gaza est aujourd’hui l’endroit le plus dangereux au monde pour un enfant. La Cisjordanie est également le théâtre de violences. Au moins 104 enfants auraient été tués et des centaines d’autres, obligés de fuir. 2023 aura été l’année la plus meurtrière jamais enregistrée pour les enfants de Cisjordanie. A Gaza, les maisons et les infrastructures essentielles sont en ruine. 1,7 million de personnes ont été déplacées à l’intérieur du territoire, la moitié étant des femmes et des enfants. La majorité est actuellement hébergée dans 156 abris d’urgence désignés par l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA). L’unique centrale électrique de la région a épuisé ses dernières réserves d’énergie le 11 octobre. Depuis, l’eau et l’électricité sont coupés, le traitement des eaux usées est suspendu. Les hôpitaux sont débordés, le système de santé effondré et le personnel médical est à bout de souffle. Les bombardements et l’accès humanitaire restreint ont entraîné des niveaux catastrophiques d’insécurité alimentaire aiguë selon l’IPC. En réalité, cela signifie que pour les familles de Gaza, la menace de mourir de faim est officielle. D’ailleurs, avant même cette dernière escalade, 540 000 enfants de Gaza, soit la moitié de la population infantile, avaient été identifiés comme ayant besoin d’un soutien psychosocial et en santé mentale. Désormais, ils sont plus d’un million.

Protéger chaque enfant dans le respect des droits de l’homme

En accord avec le droit international humanitaire, les services essentiels doivent être protégés et accessibles à tout instant. Il est impératif que chaque enfant bénéficie d’une protection spéciale dans le respect des droits de l’homme et du droit international humanitaire.»Rien ne justifie les meurtres, les mutilations ou les enlèvements d’enfants. Ce sont des actes qui constituent une violation grave des droits humains et que l’UNICEF condamne avec la plus grande fermeté».

Ahsene Saaid /Ags

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici