Bouira: Rebigua, préside des cérémonies commémorant la destruction par l’armée coloniale du village Ighzer Iwaquren

0
172

Le ministre des Moudjahidine et des Ayants droit, Laïd Rebigua, a présidé samedi à Bouira des cérémonies commémorant le 66e anniversaire de la destruction, le 6 mai 1957, de l’ancien village Ighzer Iwaquren par l’armée coloniale française et la déportation de ses habitants.

Au cours d’une visite de travail dans la wilaya, le ministre s’est rendu au village Ighzer iwaquren, sur les hauteurs du mont Djurdjura, à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de Bouira, où il s’est recueilli à la mémoire des martyrs tombés au champ d’honneur durant les évènements qu’a connus cette région montagneuse qui abritait plusieurs refuges ainsi qu’un hôpital de l’Armée de libération nationale (ALN).`

Accompagné des autorités locales ainsi que de représentants de la société civile et de citoyens du village Iwaquren, M. Rebigua a déposé une gerbe de fleurs au pied de la stèle portant les noms des martyrs tombés au champ d’honneur lors de ces évènements.Selon des témoignages recueillis sur place auprès de moudjahidine, dont Idi Houcine, Ighzer Iwaquren avait vécu un massacre commis par les soldats de l’armée coloniale française les 6 et 7 mai 1957 sous le commandement du général Marcel Bigeard.Le village, culminant à 1.000 m d’altitude, avait été encerclé, détruit totalement puis incendié et sa population a été déportée en raison de son soutien indéfectible à la glorieuse Révolution et aux moudjahidine.

«Malika Gaïd, l’héroïne infirmière de ALN, soignait les blessés à Ighzer Iwaquren, un endroit qui faisait aussi office d’hôpital-refuge», a témoigné l’ancien moudjahid. Suite à la destruction de ce village, la population a été conduite de force vers le village Lejdid, situé un peu plus loin, à l’Est. Sur la route, un accrochage éclata entre les moudjahidine et les soldats de l’armée coloniale. «Les combattants de l’ALN avaient un grand courage pour lancer une bataille historique contre les forces ennemies qui attaquaient les populations du village «, se rappelle M. Idir.En 1958, les populations d’Ighzer et Lejdid ont été déportées plus loin au sud, vers un camp de concentration dénommé «Camp de toile «, situé sur les plaines du Sahel, près de l’actuelle M’Chedallah.Dans une allocution à cette occasion, le ministre a rendu un vibrant hommage aux martyrs et aux moudjahidine ayant participé à cette bataille héroïque, avant de se rendre au lieu-dit Thala, située à quelques encablures d’Ighzer Iwaquren, où il s’est recueilli à la mémoire des 52 martyrs tombés au champ d’honneur lors d’une autre bataille survenue les 18 et 19 décembre 1959.Désignant une habitation, l’ancien moudjahid Houcine Idir a témoigné que «c’est dans cette maison, qu’un grand nombre de moudjahidine a passé la nuit du 18 au 19 décembre 1959, avant que les forces coloniales n’encerclent, durant la même nuit, toute la région et enclenche une vaste opération de ratissage».

Un violent accrochage s’en est suivi entre les deux camps et le bilan était de 45 martyrs dans les rangs de l’ALN, durant ladite nuit, alors que la matinée du 19 décembre, après l’intervention de l’aviation, sept autres moudjahidine sont tombés au champ d’honneur. Côté français, une dizaine de soldats ont été tués et d’autres blessés,.Au cours de cette visite, le ministre s’est aussi recueilli à la mémoire du premier martyr de la région, Kechadi Amar, tombé au champ d’honneur le 11 novembre 1955 au lieu-dit Thansewt, non loin de Thala.Les activités commémoratives de cette date historique se sont déroulées en présence de milliers de personnes, dont des femmes, des hommes et des enfants venus du village Iwaquren (l’actuel Rafour). Pour sa part, le wali de Bouira, Abdelkrim Laâmlouri, s’est engagé à réaliser une stèle commémorative à la mémoire des 52 martyrs de Thala ainsi qu’à la mémoire du premier martyr de cette région. Toujours dans le cadre de la commémoration du 66e anniversaire de la destruction de l’ancien village Ighzer Iwaquren et la déportation de sa population, un semi marathon a eu lieu pour sa 3e édition, dans la petite ville de Rafour avec la participation de dizaines d’athlètes de différents âges.

T.H