Atelier de formation en écriture de scénarios de courts métrages: Cérémonie de sortie des participants

0
240

La ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji, a supervisé jeudi à Alger la cérémonie de sortie des stagiaires participant à l’atelier national de formation en écriture de scénarios de courts métrages et ce, dans le cadre des efforts de l’Etat algérien visant la promotion de l’industrie cinématographique.

Supervisant la cérémonie de présentation et d’évaluation des conclusions de cet atelier, lancé l’année dernière, Mme. Mouloudji a fait savoir que cet atelier pratique « s’ajoute aux réalisations accomplies en matière de promotion de l’industrie cinématographique, de la formation artistique et de l’accompagnement des jeunes créateurs et ce, en application des engagements du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, lesquels accordent une importance majeure au développement du domaine cinématographique à tous les niveaux ».A ce propos, la ministre a indiqué que l’organisation régulière de « ces ateliers de formation spécialisée dans le cadre du programme du ministère de la Culture et des Arts reflète l’attention particulière portée à la ressource humaine créative », ajoutant qu’il s’agissait sans aucun doute, d’un véritable investissement durable à même d’asseoir une industrie culturelle prometteuse dans le pays ».Elle a, en outre estimé, que ces ateliers « se veulent un espace idoine pour la découverte et le développement des talents artistiques ».Mme Mouloudji a souligné que son secteur, à travers les organismes sous tutelle et en collaboration avec les professionnels et les associations, s’était attelé à organiser plusieurs ateliers et séjours de créativité pour le développement de l’écriture des scénarios au profit des écrivains, des réalisateurs et des porteurs de projets créatifs dans le domaine du cinéma, d’où l’organisation de cet atelier dédié à l’écriture et l’élaboration des scénarios de courts métrages à Alger et au Palais du cinéma Tinerkouk dans la wilaya de Timimoune, sous la supervision du Centre national de la cinématographie et en partenariat avec l’Association des producteurs algériens de cinéma (APAC).Le ministère a décidé, en coordination avec l’équipe d’encadrement, « de prendre en charge la production d’un   des projets réalisés dans le cadre de cet atelier, lequel sera sélectionné par le comité pédagogique ad-hoc », selon la même intervenante, affirmant que les autres travaux élaborés dans le cadre de cet atelier sont aussi importants que celui qui sera produit ».La ministre a rappelé, dans ce sens, le programme « Le théâtre milieu universitaire » lancé par le ministère il y a quelques jours, qui constitue une « pépinière des talents artistiques », une démarche reflétant « l’attention particulière » accordée par le secteur à la formation artistique, que ce soit au niveau de l’enseignement secondaire, des instituts et écoles supérieures.Elle a également rappelé l’atelier « Algérie avec amour » qui a également été organisé par son secteur et supervisé par le cinéaste Rachid Belhadj, lequel concerne le développement et la production de projets cinématographiques dans la catégorie des courts métrages de création féminine, dont ont bénéficié 7 candidates issues de sept wilayas à travers le pays, à savoir Tébessa, Timimoun, Oran, Tizi Ouzou, Constantine, Blida et Alger.Elle a indiqué, à cet effet, que le Centre algérien du développement du cinéma (CADC) « œuvre à accompagner et à réaliser ces projets dans sept villes algériennes, qui seront tournés à partir du 5 mars prochain ».De son côté, Tahar Boukella, encadrant de cet atelier, a présenté les conclusions de cet atelier de formation qui a profité à 10 stagiaires de différentes wilayas du pays, en suivant un programme pédagogique comprenant des rencontres, des conférences, des ateliers pratiques, ainsi que des assises professionnelles à Alger et au Palais du cinéma de Tinerkouk à Timimoun, affirmant que le travail acharné a permis aux stagiaires de réaliser des projets de courts métrages innovant, dont 6 films sont prêts à être réalisés dès que le producteur sera disponible. L’encadrant, accompagné de son collègue Ismail Soufit, a également souligné la nécessité de maintenir la pérennité de cette initiative compte tenu de son importance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici