A l’invitation du Président Bouteflika, la chancelière allemande aujourd’hui à Alger pour une visite officielle

0
2145

La chancelière allemande, Angela Merkel, est attendue, aujourd’hui à Alger, pour une visite officielle à l’invitation du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Au cours de cette visite, la chancelière allemande aura des entretiens avec le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et sera reçue par le chef de l’Etat. Les deux parties auront l’opportunité de procéder à une évaluation de la coopération bilatérale et échanger leurs points de vue sur plusieurs questions d’intérêt commun. Cette visite sera marquée également par la tenue de la sixième session de la commission mixte de coopération algéro-allemande et le forum d’affaires entre les opérateurs des deux pays.

La coopération entre les deux pays s’est distinguée, ces dernières années notamment, par un échange régulier de visites de haut niveau entre les deux pays, dont celle effectuée en décembre 2010 par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika à Berlin, celle effectuée en Algérie par l’ancien président fédéral, Horst Kohler, en novembre 2007 et par la visite de la Chancelière Angela Merkel, en juillet 2008. Cette coopération a été marquée également par la création d’une commission économique mixte algéro-allemande en décembre 2010, dont la première session s’est tenue en 2011 à Berlin. En 2014, le groupe parlementaire d’amitié algéroallemand a été installé à Alger afin de coordonner les positions des deux pays sur les grands dossiers d’intérêt commun. Durant la même année, un mécanisme de consultation de haut niveau avait été mis en place entre les ministères des Affaires étrangères des deux pays pour consolider le dialogue politique entre l’Algérie et l’Allemagne. La visite officielle effectuée par le Premier ministre Abdelmalek Sellal, en janvier 2016 à Berlin avait permis de procéder à une évaluation globale des relations bilatérales et de l’état de la coopération entre les deux pays. Lors de cette visite, Sellal avait appelé les partenaires allemands à saisir les opportunités qu’offre l’économie algérienne, exprimant l’espoir de voir les relations entre les deux pays se hisser au rang d’un partenariat fort. Il avait invité les partenaires allemands à saisir ces opportunités, notamment dans le domaine des PME, capables de contribuer à l’investissement productif et à la création de richesses et de postes d’emploi, au transfert de technologie et à la promotion de la formation professionnelle. Pour A. Sellal, le forum économique algéro-allemand constitue une preuve de plus qui «témoigne du grand intérêt accordé par les deux parties au développement et à l’élargissement des opportunités de partenariat et d’investissement». «Ensemble, nous souhaitons développer ces relations dans tous les domaines y compris le domaine culturel où nous avons convenu de conclure un accord qui ouvrira la voie à une coopération fructueuse», avait-il soutenu, soulignant que «les mécanismes communs de coopération et de concertation dont nous disposons et qui se réunissent régulièrement autour de questions politiques, sécuritaires et économiques confortent davantage notre optimisme». Mettant en avant le climat de confiance mutuelle qui a toujours marqué les relations entre l’Algérie et l’Allemagne, le Premier ministre s’était félicité de la convergence de vues entre les deux pays, notamment en ce qui concerne la nécessité de privilégier, dans tous les cas, la voie pacifique dans le règlement des différends et conflits et de trouver les moyens d’asseoir la paix et la stabilité dans toutes les contrées du monde. «Nous sommes très optimistes voire convaincus d’atteindre cet objectif car nous avons la volonté politique et les moyens d’y parvenir. Nos relations jalonnées d’expériences multiples, réussies et constantes, consolident cette conviction», avait affirmé A. Sellal. Parallèlement, d’importants contrats de partenariat dans la fabrication de la pièce détachée automobile avec Mercedes en particulier, dans les domaines de l’hydraulique et du développement de l’agriculture dans le Grand Sud seront, ont été signés entre des entreprises algériennes et allemandes. Des opportunités d’investissement dans les secteurs de la mécanique, la sous-traitance automobile, l’électronique, l’électrique, l’agro-industrie, le transport maritime et ferroviaire, la construction navale, l’énergie renouvelable, la Pétrochimie et la chimie industrielle ont été examinées lors de cette visite. Récemment, le ministre de l’Energie, Noureddine Boutarfa, avait évoqué avec l’ambassadeur d’Allemagne en Algérie, Michael Zenner, les opportunités de coopération énergétique, plus particulièrement les énergies renouvelables. A cet effet, N. Bouterfa a mis en exergue les projets stratégiques en cours de lancement, tout en rappelant l’importance qu’accorde l’Algérie à la promotion industrielle de la filière renouvelable. Il avait précisé que la durabilité des énergies renouvelables en Algérie dépend de l’assise industrielle et de la fabrication locale des équipements, appelant, par la même occasion, les entreprises allemandes à participer au projet de production de 4000 MW en énergies renouvelables qui sera lancé incessamment et qui stimulera la dynamique de création de petites et moyennes entreprises en Algérie. De son côté, la vice-présidente de la chambre algéro-allemande de commerce, Amelia Zinke, a mis l’accent dernièrement sur l’amélioration notable du climat d’affaires en Algérie, à la faveur de la sécurité et de la stabilité sociale. Intervenant lors d’une journée d’étude sur les opportunités d’investissement, tenue à la chambre de commerce et d’industrie, la vice-présidente de la chambre algéro-allemande de commerce a affirmé que l’emplacement stratégique de l’Algérie permettait un «décollage global» de l’investissement dans tous les domaines, au regard du climat de sécurité et de stabilité qui y prévaut. Elle a, dans ce contexte, indiqué que les possibilités d’investissement en Afrique du Nord peuvent se développer sur la base d’une équation gagnant gagnant, présentant à cette occasion la stratégie allemande pour participer au développement économique de l’Algérie, basée notamment sur le recours à l’expérience et aux connaissances allemandes dans divers secteurs. Elle a également affiché les perspectives du partenariat algéro-allemand avant de mettre en exergue les activités de plusieurs investisseurs allemands dans le domaine de l’industrie pharmaceutique, l’agroalimentaire, la production et le stockage des fourrages, l’énergie photovoltaïque et du recyclage. Les investisseurs algériens ont, quant à eux, insisté sur la nécessité de travailler avec leurs homologues allemands dans divers domaines.